L'île de Cabrera

Le vent s’était levé dans la nuit, force 4 puis 5, et plusieurs fois il fallut vérifier le mouillage. Aussi, dès l’aube, nous avons mis les voiles et, d’un bord,  traversé la baie de Palma et rejoint l'île de Cabrera, une île magnifique, dotée d'une baie somptueuse avec, surplombant la passe, au-dessus du hameau de pêcheurs, comme un  somptueux joyau, un  château fort, un vrai, un monument rêvé pour un tel site.

 

Au pied du château, au bout de l'embarcadère, quelques baraques de pêcheurs, certaines reconverties pour les besoin du parc, et un bistrot.
L’île, en effet,  est un parc naturel, les mouillages sur ancre sont interdits. Il faut s'amarrer aux bouées.

La zone du port de Cabrera forme un site archéologique très important aux Baléares.

Les fouilles archéologiques récentes ont mis à jour une série d’excavations de forme carrée dans la roche naturelle et recouverte de signinium, un revêtement de chaux, de sable et fragments de céramique. Il semblerait que ces cubes formaient une fabrique de salaison.
Elle fonctionna du IIe au VIIe siècle après J. C.

Mais il y eut ensuite, dans le même lieu, des occupations postérieures.

Une nécropole maure a également été mise à jour.


Cette petite île, intimement liée à l’histoire de Majorque, a connu différents épisodes d’occupation comme une installation monastique entre les Ve et VIIe siècles après J. C. ou le confinement des soldats français capturés durant la guerre de l’indépendance espagnole (1808-1814).

En 1808, en effet, pendant la guerre d’Indépendance, l’Espagne vainquit les troupes napoléoniennes lors de la bataille de Bailèn. Les prisonniers français capturés furent envoyés à Cabrera, qui devint une prison à ciel ouvert pendant cinq ans.

Les prisonniers, livrés à eux mêmes,  y vécurent en situation précaire, utilisant les quelques ressources de l’île. Ils utilisèrent les excavations carrées de la fabrique de salaison et montèrent de nouveaux murs. A l’annonce de leur libération, ils incendieront leurs baraquements.


Visite au château, aux vestiges archéologiques, turcs, napoléoniens, au musée (ouvert entre 12h30 et 15 h !), au jardin botanique, et enfin une merveilleuse dégustation de lait d’amandes et de tapas sous la tonnelle de l’unique bistrot...

Voir la carte   

Le fort et le débarcadère