Samedi 28 mai 2016, grand nettoyage de printemps de la Calanque : la chasse aux bouteilles, sacs et bouchons en plastique, cotons-tiges… la chasse aux «prédateurs des océans», sera ouverte.

 

En moyenne 13 000 morceaux de plastique flottent sur chaque km2 de mer. Exposés aux vagues et aux UV solaires ils deviennent cassants et se fragmentent peu à peu en libérant des perturbateurs endocriniens et certains pigments toxiques (cadmium, cobalt...). Ils impactent la biodiversité marine, et posent des problèmes sanitaires.

 

Les organismes filtreurs, comme les moules, les accumulent : on relève de 1 à 2 fragments de plastique de moins de 1 mm par gramme de chair de moules récoltées dans le nord de la France et en Belgique.

 

Ainsi, avec environ 500 t de moules consommées lors de la braderie de Lille, ce sont en deux jours environ 150 millions de fragments de plastiques qui sont ingérés par les consommateurs, avec les polluants transmis aux moules. Les fragments les plus importants ne pénètrent pas la chair, mais peuvent être ingérés accidentellement. Les particules de moins de 10µm sont retrouvées dans la chair; ils sont systématiquement ingérés.

 

«Chaque jour, 8 millions de tonnes de déchets finissent dans l’océan

80% de la pollution qui touche nos mers est d’origine terrestre ».

 

 « Les matières plastiques mettent plusieurs centaines d’années avant de disparaître » ainsi la majorité des oiseaux marins à travers le monde a déjà ingurgité du plastique.

Mais d’ici à 2050, 99 % des albatros, manchots, mouettes et autres oiseaux des mers seront affectés par cette pollution, rapportait le 31 août 2015 une étude de l’Agence Csiro, agence nationale australienne pour la science.

 

Allez, samedi remontons nos manches ! et faisons propre la calanque

 

Bien cordialement,

 

L'équipe internet

 

Je 3suis u3n paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.