Le fantasme des îles : Ibiza




Calas et mouillages d’Ibiza

 

La calanque Salada résonne de cris d’enfants sur fond de crissement de cigales. A l’ombre du taud, calés entre deux coussins,  balancés par la houle, nous attendons le soir que le calme vienne, que le silence se pose sur les lieux ; la plupart des bateaux auront levé l’ancre et ne resteront que les sans-attaches, ceux qui passent la nuit dehors, loin des ports, sous l’humidité  descendue des étoiles.

 

Difficile de parler d’Ibiza quand on y vient en août… C’est l’île de la fête, de la musique. Jusqu’à pas d’heure, sur les bateaux à l'ancre à proximité de la ville Ibiza, et même dans les mouillages les plus sauvages, la musique est reine.

L’île est assez montagneuse et très boisée. La baie d’Ibiza est belle, piquetée de nombreux îlots. Elle a globalement gardé un caractère authentique.

La ville d’Ibiza est l’une des plus vieilles villes du monde. Elle s’étend sur les flancs d’une colline, ancienne acropole où les carthaginois avaient bâti leur temple principal. Dalt Vila, la ville haute, est d’aspect africain. D’abord lieu de séjour d’artistes du monde entier, elle fut, dans les années 60, la terre d’élection  du mouvement hippie international.
Rues pavées et souvent étroites, maisons blanches à toit terrasse, vue superbe sur le port et les îles, donnent à la citadelle mauresque un charme fou.

Autour de l'île, dans les falaises de nombreuses calas, des grottes ont été creusées comme garages à bateaux. Chacun dispose de son slip. La calanque conserve ainsi un aspect traditionnel, loin des plages aménagées pour le tourisme de masse.
Dans la journée elles sont animées.



Espalmador d’Ibiza

Espalmador, c’est l’image des îles. Elle s'étire entre Ibiza et Formentera. Eaux claires, sable blanc, quatre palmiers émergeant haut, au-dessus d’une végétation rase, et un ourlet continu de vagues déferlant dans la passe qui relie l’île à Formentera.

Une ancienne saline occupe la dépression centrale de l’île. Salicorne, soude, lentisque, oyat, romarin, genévrier de Phénicie, pin bordent le sentier qui, de la plage, conduit à la saline, et de là, à la tour de guet.
Un cordon, des piquets séparent la plage des dunes, l’île est maintenant zone protégée. Les trois constructions, jadis quasi à l’abandon, sont crépies à neuf. Le troupeau de moutons, qui avaient autrefois l’île pour pâture et se regroupaient à l’ombre d’un unique gros figuier qu'ils avaient taillé en forme de parasol à leur hauteur, n’est plus. La tour de guet postée en bordure de falaise, au point culminant de l'île, est une vigie qui couvre les différentes passes entre les îles, de la baie d'Ibiza à Formentera.

Comme beaucoup d’autres endroits idylliques en Méditerranée, Espalmador est à déconseiller en août. Nous n’y restons qu’une nuit…

 

Formentera

 

Au sud, toute plate, en forme de triangle, s'étire l'île de Formentera. Une grande saline connue de tous les peuples de Méditerranée s'y cache en son centre. Elle fit la fortune de la ville d'Ibiza.

Elle est au cœur de l'île, en bordure d'une lagune à l'accès étroit, accessible seulement aux faibles tirants d'eau, qui de tout temps a offert un abri parfait aux nefs et balancelles venant charger le sel.

Le cap le plus sud de Formentera pointe vers le levant, comme une flèche indiquant la route de la Sicile, prochaine escale...

Voir la carte