De tous temps les îles ont véhiculé une image rêvée...

L'insularité les a mises à l'écart, un écart relatif mais réel qui ne les a pas façonnées d'une façon standard, car toutes connaissent des particularités liées à leurs sols, mais aussi à l'histoire.

Toutes ont été occupées dès la première antiquité par des peuples de la mer qui ont bâti dans nombre d'entre elles des civilisations mégalithiques : dolmens, menhirs, nuraghes, talaïots se retrouvent, sous des appellations diverses, dans le bassin méditerranéen.

Ces constructions, les peuples de la mer ne les ont pas dressées sur le littoral, mais légèrement en retrait. Ils craignaient les dangers venant de la mer.

Les diverses occupations qu'ont connues ces îles par la suite ont modelé cultures, usages et traditions. Cela explique bien des différences. Le libre échange, par exemple, développé par les anglais à Minorque et qui a fait la richesse de l'île, a développé le sens du commerce chez les Minorquins, ce qu'ignore la Corse.

Deux nouvelles pages - "Port Mahon, Cami de Cavalls" et "Mouillages, Talaïots" - consacrées à Minorque, l'île septentrionale des Baléares, ont été mises en ligne sur le site de la SNC. Le voyage fantasmatique se poursuit...

Bien cordialement,

 

L'équipe internet