Ile Razzoli, La Maddalena, Sardaigne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir la carte

Au petit matin le pont est humide, la crique murmure un léger clapotis, des nuages, au loin, glissent vers le Sud.
Razzoli, la plus septentrionale des îles de La Maddalena, est une île déchiquetée, aux criques multiples. Elle forme, avec les îles Santa Maria et Budelli,  un trèfle à trois feuilles, reliées par des hauts-fonds. Elles forment ainsi trois grandes baies et de nombreux mouillages, hélas très fréquentés au cœur de l'été.

La végétation est rase. Filaire, lentisque, myrte, genévrier ne dépassent pas les 50 centimètres de haut. L’île n’est couverte que de plantes halophiles et de brachypode rameux. Mis à part les oiseaux de mer, elle est le domaine des lapins.

Un phare coiffe son point culminant, d’une même architecture que tous les phares du secteur, grand bâtiment carré à trois niveaux pour loger familles, ateliers, et générateur de secours. Ils représentent une somme d’énergie considérable et obsolète. Les phares sont aujourd’hui autonomes, avec des lampes d’une tout autre génération assistées de batteries et panneaux solaires. Une infrastructure minimum y pourvoit.

Ces bâtiments ont fait l’objet de réfection voilà quelques années et les échafaudages n’ayant pas été retirés, ils sont aujourd’hui rouillés ,  en partie effondrés.
Le zodiac du parc de La Maddalena patrouille, il vérifie que chaque embarcation ait une autorisation de séjour. La permission de mouiller se prend sur internet, elle est deux fois moins chère qu'achetée sur place… et d’un prix journalier abordable, bien éloigné de la centaine d’euros que la Région Corse voulait appliquer aux îles Lavezzi et que la Cour des Comptes a refusé.


Cala Longa est la plus profonde des calanques de Razzoli, trois criques la composent. Sur la presqu’île de l’une, une ancienne construction barre l’isthme et transforme l'extrémité en enclos. Cet enclos est recouvert de plantes nitrophiles, absentes partout ailleurs. Elles sont le signe que l'occupant des lieux possédait un troupeau.

Dans cette enclos, contre les ruines de la construction, une cale de halage est creusée dans la falaise. Cette crique circulaire était le port de cette habitation, son occupant était pluriactif par nécessité.